MARC  LABOURET

Légende du sapin

Il y a fort longtemps, le diable, qui avait une très nombreuse progéniture, se trouva fatigué d’entendre sa marmaille hurler, brailler, se chamailler. Il décida de lui trouver un terrain de jeux assez éloigné pour qu’il puisse savourer un peu de calme et de tranquillité. A cette époque la terre n’était pas encore trop peuplée par les enfants du « dieu créateur » et il y avait suffisamment de place pour tous. Un jour donc, le diable conduisit sa nombreuse descendance sur la terre, afin qu’elle puisse avoir de l’espace pour jouer. On vit bientôt une véritable avalanche de petits diablotins courir, sauter, se disperser sur les monts et les vallées de la terre. Le diable s’en retourna satisfait de son idée et soulagé de voir ses petits tout heureux. Mais bientôt, ceux qui avaient préféré les montagnes comme terrain de jeux, s’y trouvèrent mal à leur aise. Ils avaient beau être habitués à la chaleur de l’antre de leur père, il n’en restait pas moins que les rochers nus, chauffés par le soleil, les faisaient littéralement griller. Certains se mirent à gémir, à se plaindre, puis tous se mirent à pleurer et finalement, ils décidèrent de regagner le foyer paternel.
Cela ne fit pas l’affaire du papa diable, qui s’était habitué au calme de sa caverne !
Il se rendit sur les montagnes pour vérifier les dires de ses rejetons (il est bien connu que tous les enfants ont quelquefois des caprices…). Il constata qu’ils disaient vrai. Il décida alors de faire pousser des buissons, des bruyères sur les rochers, et des herbes afin de rendre la pierre plus agréable au contact des pieds de ses enfants. Mais il n’eut pas sitôt le dos tourné, qu’une nuée de chevreuils, chèvres, vaches et bouquetins, détruisirent bourgeons, feuilles, et jusqu’à la moindre brindille, en de coupables agapes. Le chef de famille n’avait pas prévu cela !!
Il réfléchit, puis décide de faire pousser des noisetiers, des alisiers et autres arbrisseaux qui étaient plus grands, donc mieux protégés des gloutons animaux. Ils ne touchèrent que leur base.
Mais voilà que la saison avançant, les premières averses apparaissent. Les petits diablotins se retrouvent mouillés, trempés, ils se mettent à avoir froid et à grelotter. De nouveau, gémissant, se plaignant, puis pleurant, ils s’en retournent chez leur père.
Papa diable finit par se demander s’il va enfin trouver la bonne solution pour avoir la paix, et que ses enfants soient bien !!...
Il décide alors de faire pousser des hêtres, des bouleaux, et autres arbres encore plus hauts. Mais le temps de ses réflexions et de leurs applications, n’ont pas empêché la saison d’avancer. La pluie a cessé, et un matin, c’est la gelée qui s’installe. Les feuilles des arbres ont changé de couleur en quelques jours. Les montagnes se sont parées de couleurs chatoyantes, tirent vers le rouge et le doré. Les diablotins sont ravis, le soleil est moins chaud, leur terrain de jeux est plein de ses belles couleurs qui leur rappellent la maison. Les quelques feuilles tombées sur le sol font un tapis moelleux. Ils sont enfin, heureux. C’est le paradis….
En bref, leur papa peut souffler !!!...
Il retourne dans sa caverne pour un repos, bien mérité.
Mais, c’est bien connu, le bonheur et la tranquillité sont toujours de courte durée…
Voilà que la neige et les grands froids prennent possession du terrain de jeux, si idéal hier.
De nouveau les diablotins gémissent, se plaignent et pleurent. Papa diable est bien contrarié. Il cherche dans ses grimoires une solution qui pourrait faire en sorte que ses minots soient bien toute l’année, et qu’il soit lui-même en paix. « Car c’est un bon père.»
Il se souvient alors d’une phrase, qu’il a lue enfant, quelque part dans un de ses manuels d’apprentissage. Il était, il s’en souvient, à l’école, avec ses camarades dieux….
Cette phrase disait ceci : « Quand on sait bien ce que l’on veut, on trouve »
Il prend une tablette, et inscrit :
- il me faut : un arbre qui protège contre la chaleur, qui abrite de la pluie, qui retienne la neige, qui brave les rongeurs, les mangeurs de feuilles et de bourgeons …?!!
Il farfouille dans son grimoire, et découvre le SAPIN. Il correspond à toutes ces exigences !!!
Heureux et décidé, il en fait pousser sur toutes les montagnes et monts à neige. Leur ombre fait recouvrir de mousse les rochers durs, leur odeur éloigne les rongeurs et mangeurs de feuilles, elle soigne les bronches, bref, c’est enfin le paradis pour les diablotins et la paix « éternelle » pour papa diable.

Imprimer E-mail