MARC  LABOURET

   A tous nos lecteurs de janvier, meilleurs voeux : que 2018 ne vous apporte que des joies et des bonheurs.

   Dans les derniers mois de 2017, le site s'est enrichi de deux articles : les histoires de métiers de Frédérique d'une part, et d'autre part un travail sur Blake et Mortimer. Ce dernier m'a pris beaucoup plus de temps que je ne le prévoyais. Mais j'y pensais depuis longtemps, et je tenais à rendre hommage à travers lui à mon jeune frère Olivier, mort en montagne en juillet dernier. Cet article diversifie heureusement la rubrique d'art sacré.

   Par ailleurs, après avoir essayé de régler leurs comptes aux dangereux Matila Ghyka (rubrique nombre d'or) et René Guénon (franc-maçonnerie), je m'attaque à des zozotéristes de moindre envergure : en janvier, l'article sur la constellation de la Vierge et les cathédrales évoque une élucubration plus drôle que méchante, et je vous promets un article sur les sindonologues. Le trop fameux suaire de Turin alimente en effet des délires particulièrement savoureux.

   Grâce à un nouveau correspondant, je vais aussi publier prochainement quelques pièces maçonniques inédites et spectaculaires.

   metaux et memoireCar ce site est évidemment aussi, voire d'abord, le lieu de publication des corrections et ajouts à la somme publiée en 2007, dont les insuffisances et imperfections peu à peu se révèlent et se réduisent.

"Les Métaux et la mémoire - la Franc-maçonnerie française racontée par ses jetons et médailles"
Prix du livre maçonnique 2008. 
Maison Platt éditeur, 49 rue de Richelieu, Paris
Prix public : 100 euros.
 
 
 

marcmoitieQui ?

A 69 ans, mes études lointaines, mes emplois caducs  et mes militantismes périmés n'ont plus guère d'intérêt. Dans un impossible curriculum vitae, je voudrais parler d'amitiés et d'amours, de voyages et de jeux, de devoirs bien ou mal remplis, d'ivresses et d'ascèses, de bonheurs et de deuils. Mais tout cela serait, soit impudique, soit impudent.

Avec tout cela qui m'a fait ce que je suis, il me reste à partager le pain et le sel de mes découvertes, avec ma famille, mes frères, mes amis, peut-être vous. Soyez bienvenu dans ma retraite.